La durabilité de l'EQC est impressionnante.

La photo montre une vue arrière de la Mercedes-Benz EQC.

La durabilité de l'EQC est impressionnante.

Avec le plan « Ambition 2039 », Mercedes-Benz a pour objectif, pour ses voitures particulières, d'être en mesure de proposer d'ici à cette date une flotte de voitures neuves neutres en CO₂. Le contrôle écologique approfondi constitue une étape importante dans cette direction ; l'EQC 400 4MATIC a été le premier véhicule de la marque de produits et de technologie EQ à le subir avec succès. Il s'agit là d'un bilan écologique global dans le cadre duquel les répercussions environnementales sont étudiées tout au long du cycle de vie du véhicule, c'est-à-dire de l'obtention des matières premières au recyclage, en passant par la production et l'utilisation (avec ici un kilométrage de 200 000 km). Mercedes-Benz est le premier constructeur automobile à effectuer ce contrôle écologique régulièrement, depuis déjà 2005. Le processus repose sur la norme internationale ISO 14040 et les résultats font l'objet d'une vérification supplémentaire minutieuse, effectuée par des intervenants externes de la TÜV Süd, si bien qu'une transparence maximale est ainsi garantie.
Dans ce contexte, l'EQC 400 4MATIC bénéficie d'une conduite zéro émission locale durable et de l'efficience élevée de sa chaîne cinématique électrique. Les véhicules électriques peuvent compenser les émissions de CO₂ souvent plus élevées au cours de la production pendant la phase d'utilisation suivante, selon la source de courant. Si les véhicules électriques ne fonctionnent qu'avec des énergies renouvelables, le niveau des émissions de CO₂ considéré sur l'ensemble du cycle de vie baisse de jusqu'à 70 % par rapport aux véhicules dotés d'un moteur thermique.

Notre objectif pour 2022 : un bilan carbone neutre départ usine.

Le motif montre une vue latérale de la Mercedes-Benz EQC.

Notre objectif pour 2022 : un bilan carbone neutre départ usine.

Dans des conditions par ailleurs identiques, la production des voitures électriques génère davantage de CO₂ que celle des véhicules à moteur thermique, car une quantité d'énergie importante est requise, notamment pour la production des cellules de batterie. Il est donc d'autant plus important d'avoir à l'avenir recours à une énergie neutre en CO₂ pour la production, ce que Mercedes-Benz entend mettre en œuvre pour toutes ses usines européennes dès 2022. L'une des étapes sur cette voie consiste à utiliser l'électricité « verte » provenant de parcs éoliens nationaux, notamment pour la production de l'EQC à l'usine Mercedes-Benz de Brême ainsi que pour la production de batteries sur le site de la société Deutsche ACCUMOTIVE à Kamenz, en Saxe.
Lors de la phase d'utilisation, le conducteur peut d'ores et déjà influencer directement le bilan environnemental de son véhicule électrique - en fonction du type d'électricité qu'il privilégie. Cela est perceptible au niveau du bilan écologique, et notamment du bilan carbone dans le cadre d'un examen concret de l'ensemble du cycle de vie de la Mercedes-Benz EQC affichant un kilométrage de 200 000 km. L'utilisation d'une électricité « propre » pour charger les batteries permet de réduire quasiment de moitié l'empreinte carbone de l'EQC.

La composition des matériaux de l'EQC.

La photo montre l’intérieur de la Mercedes-Benz EQC.

La composition des matériaux de l'EQC.

Le poids à vide de l'EQC 400 4MATIC est de 2 420 kg. L'acier et les matériaux ferreux représentent la part la plus importante (39 %), suivis par les métaux légers (23 %) et les matériaux polymères, c'est-à-dire les plastiques (18 %).

L'utilisation dans les véhicules de matériaux préservant les ressources, comme les plastiques recyclés et les matières premières renouvelables, est aujourd'hui déjà en constante augmentation. La housse de siège haut de gamme « Response », conçue spécialement pour l'EQC, est ainsi entièrement réalisée à partir de bouteilles en PET recyclées. Des plastiques recyclés sont également utilisés pour l'habillage du logement de la roue de secours ou les caches de la face inférieure du compartiment moteur. Des matières premières renouvelables telles que le kénaf, la laine et le papier sont également utilisées. Le kénaf est une plante dont les fibres sont par exemple utilisées dans l'habillage du compartiment de chargement ; le papier sert notamment sous forme d'âme en nid d'abeille dans le plancher de chargement.
Dans le nouvel EQC, 100 composants ainsi que de petites pièces comme des boutons-pression, des écrous en plastique et des fixations de câbles représentant un poids total de 55,7 kg sont fabriqués à partir de matériaux préservant les ressources.

La deuxième vie des batteries haute tension.

Le motif montre une vue arrière de la Mercedes-Benz EQC avec une borne de charge dans un environnement urbain.

La deuxième vie des batteries haute tension.

Mercedes-Benz participe activement à la recherche et au développement de nouvelles technologies de recyclage afin de garantir les futurs besoins en matières premières pour la mobilité électrique. Des conclusions sur le recyclage des batteries lithium-ion ont déjà été recueillies dans le cadre de différents projets de recherche et en coopération avec des fournisseurs et des partenaires d'élimination des déchets. Le recyclage des matières premières utilisées telles que le lithium, le nickel, le platine, le cobalt et les terres rares fait partie intégrante de nos préoccupations dès la phase de conception des composants. Mercedes-Benz a défini quatre étapes pour le processus de recyclage des batteries et a développé les processus correspondants : ReUse (réutilisation à long terme de la batterie, par exemple pour les accumulateurs d'énergie stationnaires), RePair (travaux de réparation de la batterie), ReManufacturing (démontage et remontage de la batterie) et ReMat (recyclage et récupération des ingrédients).

S'agissant de  ReUse , Daimler s'est concentré sur les dispositifs de stockage stationnaire d'énergie, avec la création de la filiale à 100 % Mercedes-Benz Energy GmbH : en effet, le cycle de vie d'une batterie enfichable ou d'une batterie de véhicule électrique ne doit pas nécessairement se terminer avec le fonctionnement du véhicule ; elle peut être réutilisée pour le stockage de batteries. Pour cet usage, les faibles pertes de performance ne posent pas de problème : selon les estimations, l'utilisation stationnaire reste rentable pendant au moins dix ans. La réutilisation des modules lithium-ion permet de quasiment doubler la rentabilité.

EQC, 408 ch (300 kW), 26,3 kWh/100 km (équivalent-essence: 2,9 l/100 km), 0 g CO2/km, émissions de CO2 de la mise à disposition du carburant et/ou de l’électricité: 34 g/km, catégorie de rendement énergétique: A.<p>Ces valeurs ont été calculées selon la méthode de calcul 715/2007/CEE dans sa version actuellement en vigueur. Il s'agit de valeurs de consommation selon le nouveau cycle mixte européen d'après le règlement d'exécution (UE) 2017/1153. En fonction du style de conduite, de l'état de la chaussée, des conditions de circulation, des facteurs environnementaux et de l'état du véhicule, les valeurs de consommation et d'autonomie réelles peuvent différer des valeurs indiquées. C'est pourquoi ces valeurs ne devraient être utilisés qu'à des fins de comparaison. Le CO<sub>2</sub>&nbsp;est le gaz à effet de serre contribuant le plus au réchauffement climatique; les émissions moyennes de CO<sub>2</sub>&nbsp;de tous les types de véhicules proposés (toutes marques confondues) s'élèvent à 174 g/km pour l’année 2020. Les valeurs varient en fonction des options choisies.</p>