Daniela Ryf

Daniela Ryf
Daniela Ryf: The best or nothing
Revoir

Daniela Ryf

Quand on gagne quatre fois l’Ironman à Hawaï, on connaît non seulement le bonheur de franchir la ligne d’arrivée, mais aussi la douleur ressentie au cours des heures précédentes. «Je ne la savoure pas, mais j’ai appris à l’accepter», affirme la Soleuroise de 33 ans. Ce sont ses parents qui ont appris la discipline nécessaire à Daniela Ryf, et ce, dès son plus jeune âge. A cinq ans, elle fréquentait le club de natation, à dix ans, elle a commencé l’athlétisme et à 13 ans, elle a rejoint un groupe d’entraînement au triathlon et a découvert le plaisir procuré par les dures séances de préparation. «Notre devise était ‹train hard, win easy›», dit-elle. Aujourd’hui, Daniela Ryf est une sportive, 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Quand elle se prépare pour une compétition, son univers se résume à trois mots: s’entraîner, manger, dormir. «J’aime énormément m’entraîner. Durant ces phases, j’atteins un état de quasi-méditation, dans lequel je ne manque de rien.» Néanmoins, la plus grande arme de Ryf, c’est sa force mentale. Renoncer ne fait pas partie de son ADN. C’est pourquoi elle parvient à gagner un Ironman à Hawaï en un temps record, alors qu’elle s’est fait mordre par une méduse et qu’elle a des douleurs atroces. Daniela Ryf tire toujours le meilleur de son corps et transforme ainsi les plus grands défis en un triomphe.