La Mercedes à ailerons

En août 1961, deux nouveaux modèles quatre cylindres ont été présentés. Les modèles 190 c et 190 Dc rattachés à la série 110, ont remplacé les modèles « Ponton » 190 b et 190 Db et disposaient désormais, à l'instar des modèle six cylindres, d'une carrosserie à ailerons.

Faits

Série

W 110

Période de production

1961-1968

Carrosseries

Berline (4 portes)
Modèle « Universal »
Berline à empattement long

Nombre d'exemplaires

622 453 berlines et 5 859 châssis avec carrosserie partielle

Développement technique


L'apogée du principe modulaire

Développement technique


L'apogée du principe modulaire

Avec le lancement des nouveaux modèles quatre cylindres, le principe modulaire pratiqué de manière systématique depuis le début de la production de l'après-guerre a atteint son apogée. Pour la première fois les séries des catégories moyenne et supérieure utilisaient non seulement les mêmes organes et les mêmes composants, mais possédaient aussi une carrosserie quasi identique.

Vue de profil d'une Mercedes à ailerons.

« Mercedes à ailerons » de la série W 110 de 1961. (rétroviseur sur l'aile avant)

Vue de profil d'un modèle Type 220 SEb.

La Mercedes-Benz Type 220 SEb six cylindres de la série W 111, 1959-1965

Les avantages de la carrosserie uniforme étaient avant tout d'ordre économique avec des coûts nettement réduits pour le développement, la fabrication et la gestion des pièces de rechange.

Par ailleurs, les conducteurs d'un modèle de la gamme moyenne profitaient désormais aussi d'un espace intérieur généreux et d'un coffre spacieux.

Cet aspect comportait cependant deux inconvénients de taille : la longueur totale des modèles quatre cylindres avait augmenté de 230 mm - un thème qui risquait de devenir crucial avec la diminution de l'espace de stationnement.

Certains clients de la gamme moyenne auraient d'un autre côté souhaité plus de distance avec les modèles de la gamme plus compacte.

Malgré la carrosserie uniforme, les nouveaux modèles quatre cylindres se distinguaient au premier regard de leurs aînés dotés de six cylindres.

Vue de profil d'un modèle 190.

Les signes de reconnaissance les plus marquants des modèles 190 étaient les phares ronds, la partie avant nettement plus courte et les clignotants repris des modèles « Ponton »

Nouveautés


Nouveau moteur diesel et boîte automatique

Nouveautés


Nouveau moteur diesel et boîte automatique

Parmi les nouveautés figurait le moteur diesel de 2,0 l de la 190 Dc développé à partir de l'organe de 1,9 l du modèle précédent - le nouveau type aurait ainsi pu s'appeler 200 D. L'ensemble des mesures a permis d'accroître la puissance de 5 ch à 55 ch.

A partir de 1962, la 190 c a été disponible en option avec une boîte automatique 4 rapports. A partir de juillet 1963, également en version diesel. Le surcoût s'élevait dans les deux cas, comme sur les modèles six cylindres, à 1 400 DM.

Perfectionnement


Perfectionnement à partir de 1965

Perfectionnement


Perfectionnement à partir de 1965

En août 1965, les nouveaux modèles Classe S de la série 108 ont été présentés. Ils marquaient la fin de l'époque des carrosseries uniformes.

Les modèles quatre cylindres arboraient une allure encore plus séduisante et de nouvelles désignations de modèles : les modèles 200 et 200 D succédaient aux 190 produits depuis quatre ans.

Vue de face d'un modèle 200 D en version taxi.

Taxi Mercedes-Benz Type 200 D de 1965 à la gare principale de Stuttgart

Carrosseries


Extérieur

Carrosseries


Extérieur

Fidèles à une longue tradition, les modèles de la série 110 étaient également disponibles en version châssis avec carrosserie partielle transformés par des carrossiers en Allemagne et à l'étranger en ambulances, breaks ou autres versions spéciales.

Une variante Break fabriquée par la société IMA de Malines/Belgique sur le châssis du modèle 190 D et présentée au Salon de l'Automobile de Bruxelles en janvier 1965 sous la désignation 190 D Universal a notamment suscité un vif intérêt.

Outre le châssis normal avec carrosserie partielle, les modèles remaniés 200 D - 230 disponibles comprenaient une variante allongée avec empattement de 3 100 mm, utilisée de préférence comme ambulance ou corbillard.

A partir d'avril 1967, alors que l'ère des modèles à ailerons touchait lentement à sa fin, le programme s'est enrichi du type 200 D en version berline à 7-8 places et empattement de 3 350 mm.

Vue avant d'une berline de la série W 110.

Mercedes-Benz Berline de la série W 110, datant des années 1961-1965

Vue de profil d'une Mercedes à ailerons.

« Mercedes à ailerons » de la série W 110

Vue latérale d'une version spéciale de la série W 110.

Modèles Mercedes-Benz quatre cylindres de la série W 110. Châssis pour superstructures spéciales du carrossier Karosseriewerk Rappold, 1965

Vue de profil d'un modèle 190 D Universal.

Mercedes-Benz Type 190 D Universal, superstructure IMA, 1964-1965

Vue de profil d'un modèle 200 D à empattement long.

Mercedes-Benz Type 200 D, châssis à empattement long, 1967

Tout savoir sur la Mercedes à ailerons

Classic-M@RS (Système d'archives multimédia et de recherche)

Vue extérieure d'une Mercedes à ailerons

Tout savoir sur la Mercedes à ailerons

Classic-M@RS (Système d'archives multimédia et de recherche)

Les archives de Mercedes-Benz Classic renferment un trésor unique issu de près de 130 années d'histoire de l'automobile.

Les archives de Mercedes-Benz Classic renferment un trésor unique issu de près de 130 années d'histoire de l'automobile.

Phases de l'évolution


Evolution de la Mercedes-Benz Classe E

Phases de l'évolution


Evolution de la Mercedes-Benz Classe E

Et cela continue

Les berlines « Strich-Acht »

Vue extérieure d'une berline Strich-Acht.

Et cela continue

Les berlines « Strich-Acht »

Une gamme moyenne de nouvelle génération

Une gamme moyenne de nouvelle génération

Vue d'ensemble : histoire de la Classe E

Collage Evolution de la Mercedes-Benz Classe E

Vue d'ensemble : histoire de la Classe E

Régulièrement de nouveaux dossiers de modèles historiques : de 1931 à 2018