À la recherche d'indices pour la sécurité. | Utilitaires légers Mercedes-Benz

À la recherche d'indices pour la sécurité.

Il y a près de 50 ans débutait un projet rare dans le secteur : la recherche en accidentologie Mercedes-Benz. Depuis 2018, Julia Hinners s'est spécialisée dans le passage au crible des accidents impliquant des utilitaires légers Mercedes-Benz. L'ingénieure diplômée nous donne un aperçu passionnant de son travail.

Madame Hinners, quel est le travail de la recherche en accidentologie pour les utilitaires légers de Daimler AG ?

Notre travail consiste à enquêter sur les véhicules accidentés de nos séries actuelles. Nous souhaitons savoir dans quels types d'accident ils ont été impliqués, comment ils ont réagi et ce que nous pouvons améliorer. À partir des données d'accident enregistrées et également de diverses sources de données, nous créons des statistiques d'accidents que nos collègues du développement des utilitaires légers exploitent, par exemple pour adapter les systèmes d'assistance à la conduite ou les systèmes de retenue passifs aux conditions réelles des accidents.

Décrivez-nous une journée type !

Il en existe deux. Pendant une journée normale au bureau, je jette un coup d'œil aux sites d'informations qui parlent des accidents. Le matin, je m'informe pour savoir si des accidents sont survenus depuis la veille ou pendant le week-end. Puis je participe à la conférence Skype quotidienne avec mes collègues. Nous choisissons les accidents que nous allons investiguer. En cas d'enquête, un travail de préparation et d'organisation est nécessaire. J'appelle la police, les services de remorquage, les gestionnaires de flotte ou les conducteurs accidentés. En revanche, une journée d'enquête sur un accident commence très tôt le matin par un trajet en voiture jusqu'au lieu de l'accident. Nous avons besoin d'environ quatre heures pour inspecter le véhicule. Si les conditions le permettent, nous contrôlons le lieu de l'accident, mesurons les traces de l'accident puis inspectons les autres véhicules impliqués et documentons le tout.

Vous effectuez une inspection du véhicule - comment procédez-vous ?

Je cherche d'abord à obtenir une vue d'ensemble : quelles sont les déformations ? Quels mécanismes les ont causées ? Dans quel état est l'habitacle ? Nous enregistrons les données de base du véhicule, comme la pression des pneus, la profondeur des sculptures de pneu, le niveau de carburant et le kilométrage, mesurons les déformations et examinons les systèmes de retenue. Si nécessaire, nous relevons et analysons les données de la collision. Puis nous prenons de nombreuses photos des dommages du véhicule. Nous collectons donc beaucoup d'informations que nous interprétons par la suite. Un programme de simulation nous aide à reconstituer le déroulement de l'accident et à analyser la collision.

Analyse de tous les dispositifs de sécurité.

L'ingénieur Julia Hinners examine l'airbag d'un véhicule accidenté.

Par rapport au nombre d'immatriculations et d'accidents, les utilitaires légers causent-ils plus d'accidents que les voitures particulières ?

Non, les utilitaires légers ont tendance à être impliqués dans moins d'accidents avec blessures que les voitures - surtout si l'on tient compte du fait que les utilitaires légers parcourent plus de kilomètres par an que les voitures. Cependant, les accidents sont plus graves en moyenne sur le segment des utilitaires légers. Ceci est principalement dû à l'environnement d'utilisation de ces véhicules. Une grande partie des accidents sur lesquels j'enquête se produisent hors agglomération aux vitesses correspondantes.
 

Comment peut-on encore améliorer la sécurité de marche ?

La prévention des accidents est la priorité absolue, aujourd'hui et demain. De nombreux accidents peuvent déjà être évités grâce aux systèmes de sécurité actuellement disponibles, tels que l'aide active au freinage. Nous avons besoin de systèmes d'assistance dans nos véhicules qui évitent ou atténuent de plus en plus les scénarios d'accident. Les autres usagers de la route, comme les piétons ou les cyclistes, sont pris en compte et peuvent être protégés par ces systèmes. À court terme, je vois également un potentiel d'optimisation dans la sensibilisation à la sécurité des conducteurs et des passagers. Même dans un véhicule moderne avec un excellent équipement, vous devez attacher votre ceinture - cela reste une évidence. La voiture la plus sûre ne sert à rien sans ceinture de sécurité - cela vaut également pour l'arrimage du chargement, d'ailleurs.
 

Travail d'enquêteur sur site.

Julia Hinners et son collègue Gert Lupprian évaluent le lieu d'un accident.

Rien n'échappe à madame Hinners, chercheuse en accidentologie.

Chaque composant important, aussi caché soit-il, est passé au crible.

Vous êtes constamment confrontée à des accidents et vous intervenez sur les lieux où ils se sont produits. Vous sentez-vous en sécurité sur la route ?

Je fais de la recherche en accidentologie depuis 2013, ce qui a très certainement un impact sur mon comportement routier. Je crois que je suis bien consciente des situations accidentogènes et des dangers potentiels. Récemment, j'ai cessé de faire de la moto après quatre ans de pratique. Je me sens plutôt en sécurité dans ma voiture, mais j'ai aussi changé certaines habitudes. Par exemple, je ne m'arrête jamais dans la voie de droite au début d'un embouteillage, mais je me déporte vers la gauche pour éviter le risque de collision par l'arrière avec des camions. Je conduis aussi un véhicule moderne avec un bon équipement de sécurité. 

Qu'est-ce que vous aimez particulièrement dans votre travail ?

J'aime le contact direct avec les clients qui va de pair avec l'entretien avec les victimes sur les circonstances de l'accident, leur comportement et leurs réactions à l'accident. J'ai également beaucoup de contacts directs avec nos produits dans toute leur diversité et les domaines d'application associés. L'échange avec les différents métiers qui interviennent en cas d'accident de la route est également passionnant. Mais ce que j'aime le plus, c'est qu'avec mon travail je peux rendre les routes un peu plus sûres. 

Enfin, avez-vous un message à transmettre à nos lecteurs ?

Oui, bouclez votre ceinture de sécurité ! Arrimez toujours votre chargement ! Car il a un impact considérable sur la dynamique du véhicule dans la circulation. Autre chose : les systèmes d'assistance - notamment les systèmes d'assistance au freinage d'urgence - peuvent sauver des vies.

Vito Mixto avec mallette de détective.

Les experts utilisent un Mercedes-Benz Vito Mixto avec un équipement spécial.

Assistance numérique.

Julia Hinners lors de l'enregistrement des données électroniques du véhicule.

Photos :

Loreen Görtler

Lorem Ipsum