Kun_tiqi : planches de surf durables en bois de balsa.

Durabilité, respect de l'environnement et savoir-faire : dans son entreprise Kun_tiqi, implantée dans le nord de l'Espagne, Stefan Weckert fabrique des planches de surf en bois. Avec son 508 D, il est toujours en quête de la vague parfaite.    

Fabrication artisanale, pour le bien de l'environnement.

Cantabrie, nord de l'Espagne : le sol de l'atelier de Stefan est jonché de boucles de bois. Il examine attentivement la planche de surf en bois posée sur l'établi devant lui. Maintenant que la planche a été mise en forme et que les arrondis des rails ont été façonnés, il est temps de stratifier. Stefan apporte la touche finale à la planche. Avec son entreprise Kun_tiqi, il a fait le choix de l'écologie : « Surfriders who care » – c'est la devise affichée sur les drapeaux. Son credo : des planches en matériau renouvelable et respectueux de l'environnement.

Un expert en gestion crée un label écologique pour planches de surf.

Stefan a grandi à Donauwörth, en Bavière. Le surf a débarqué dans sa vie très tôt : il a passé dix mois à Fuerteventura pour enseigner la planche à voile. Il a ensuite étudié la gestion d'entreprise dans le nord de l'Allemagne. C'est au cours d'un stage en Équateur qu'il a découvert les planches de surf écologiques. « C'est au contact des shapers équatoriens que j'ai appris à shaper et à stratifier. » Son mémoire d'étude portait sur la commercialisation des planches de surf en bois écologiques en Europe. « En Espagne, j'ai stratifié mes premières planches dans un atelier de surf, ce qui m'a permis d'enrichir mon expérience. J'ai appris sur le tas à shaper les planches en bois. »

Immersion en pleine nature, au sens propre.

Le développement durable, la responsabilité environnementale et le surf sont indissociables pour Stefan. Pourquoi ? « Parce que nous, les surfeurs, nous aimons la nature et ne pouvons assouvir notre passion que dans une mer propre. » Sa conscience s'est éveillée lors d'un stage en Équateur. « Je cherchais une planche de surf pour mes escapades sur la côte le week-end. À cette époque, l'agence environnementale a exigé la fermeture de la plus grande usine de planches de surf des États-Unis. » En Équateur, il n'y avait donc plus de matériaux pour de nouvelles planches – le marché de l'occasion a été pris d'assaut du jour au lendemain. « Pour la première fois, les surfeurs comme moi ont réalisé à quel point les planches de surf étaient toxiques. » Ce surfeur passionné a rencontré des shapers qui fabriquent, depuis les années 60, des planches en bois de balsa, une essence locale qui pousse en abondance. « La première fois que je suis monté sur une planche en bois de balsa, j'ai tout de suite aimé et j'ai eu l'idée de fabriquer des planches de surf écologiques et de les commercialiser en Europe. »

La puissance des vagues.

« Ce qui me fascine dans le surf, c'est son caractère imprévisible : chaque vague est unique, chaque jour est différent ».

Durable, naturel et équitable : Surfriders who care.

Le balsa est l'essence de bois la plus légère. En Amérique du sud, il servait déjà à fabriquer des radeaux, dix siècles avant l'empire Inca. C'est cette histoire qui a inspiré le nom de l'entreprise, Kun_tiqi : le dieu du soleil Kun tiqsi Viracocha était une figure historique en Amérique du sud. Lorsque sa tribu a dû quitter le continent, elle a embarqué sur des radeaux de balsa. Le bois de balsa utilisé par Kun_tiqi est issu d'une exploitation familiale implantée sur la côte équatorienne. Son atout : il pousse très rapidement.. Cette plante peut atteindre dix mètres en seulement trois ou quatre ans. Selon Stefan, les planches en bois offrent d'autres avantages : « Aucune substance toxique n'est utilisée au cours de la fabrication et les planches sont durables et robustes. Elles sont très stables lorsque l'on surfe, car le bois absorbe bien les irrégularités de la vague. »

L'art du shape – 4 étapes pour une planche de surf en balsa durable :

  1.    Plantation : semis de graines de balsa sous serre, en Équateur. Après trois à quatre ans, les arbres sont assez gros pour être coupés. Leur coupe en blocs facilite leur transformation.
  2.    Fabrication d'ébauches : sous un climat tropical, les blocs ont besoin de deux à trois mois pour sécher. Les plus légères sont transformées en ébauche creuse. Après la découpe, elles sont collées avec des traverses pour former un « sandwich ». 
  3.    Shape : le shaper façonne l'ébauche. Pour ce faire, la surface est d'abord rabotée pour la rendre lisse. Puis, la planche est sciée et façonnée avec la raboteuse. Le polissage est effectué avec un rabot à main et une ponceuse.
  4.    Stratification : les planches sont stratifiées avec de la résine écologique. Un catalyseur UV est ajouté à l'huile de lin, ce qui permet à la résine de durcir en quelques minutes sous l'effet des rayons ultraviolets. Comme le bois est déjà incassable et résistant à la pression, une couche de feutre en fibre de verre est suffisante. Pour finir, deux couches supplémentaires de résine écologique sont appliquées pour améliorer la solidité et la durabilité de la planche. 

La persévérance porte ses fruits.

Stefan a dû surmonter plusieurs obstacles avant que son label ne soit solidement établi. La recherche d'un atelier n'a pas été facile. « Je suis allé à vélo de ferme en ferme et j'ai fini par trouver. » La devise de Stefan : ne rien lâcher. La persévérance a porté ses fruits. Au début, il a dû travailler à côté pour garder la tête hors de l'eau, surtout en-dehors de la saison estivale. « C'était très éprouvant. Créer Kun_tiqi durant mon temps libre m'a demandé du temps et beaucoup d'énergie. » Stefan a souvent douté car il a dû faire face à des contraintes financières et était en proie à une angoisse existentielle pendant plusieurs années. « Ma conviction de devoir faire quelque chose contre la pollution engendrée par les planches de surf en polyester, le soutien de ma compagne et surtout les retours positifs de mes clients m'ont aidé à tenir le coup. »

Spacieux jusqu'aux moindres recoins.

Le van convient parfaitement au transport des planches d'un point A à un point B.    

Qualité sur toute la ligne.

Le bois de balsa utilisé provient d'une exploitation familiale implantée sur la côté équatorienne.

Photos :

Matthias Straub

Plus de liens à découvrir :

Kun_tiqi Surfboards - @Facebook, @Instagram

Les transformations présentées ont été réalisées par des artisans indépendants. Les artisans et les réalisations n'ont pas fait l'objet de contrôle par Mercedes-Benz. Les illustrations ne constituent donc pas une évaluation du fournisseur et/ou des transformations de la part de Mercedes-Benz.

Lorem Ipsum